Naviguer en plaisance est une activité ludique qui se pratique avec un véhicule adapté (bateau, scooter de mer, etc.). Ce loisir nécessite souvent la détention d’un permis. Le document était auparavant à retirer auprès des affaires maritimes. D’autres règlementations sont à respecter pour louer un bateau de plaisance. Les règles se diffèrent pour une location entre particuliers et par agence.

Louer un bateau de plaisance via une agence de location

Dans le cadre d’une location de beneteau auprès d’un organisme spécialisé, l’agence est tenue de fournir un contrat de location avec le locataire. Ce document mentionne plusieurs informations, à savoir le montant des arrhes ou acomptes, le montant du dépôt de garantie, le prix de la location, les frais de nettoyage, les dépenses de carburant et les clauses de résiliation en cas d’annulation. Le bailleur doit effectuer un état des lieux du bateau club et des équipements. En outre, il est tenu de souscrire à une assurance qui couvre les vols, les pertes et les préjudices causés aux tiers. Le contrat permet normalement la location de bateau à de tierces personnes. Pour plus d’informations sur le boat club, cliquez ici.

Selon le type de navigation, le bateau doit être équipé de certains matériels obligatoires. La personne (ou la structure) qui entretient le véhicule ainsi que les dispositifs de sécurité doit remplir une vérification spéciale annuelle. Cette pièce permet au locataire de contrôler la bonne exécution du suivi et de l’entretien du matériel de sécurité. Elle doit être présente à bord. Sachez que la maintenance du bateau est à effectuer régulièrement.

Location de bateau de plaisance à un particulier

Dans le cadre d’une location de beneteau boat club entre particuliers, le propriétaire doit établir un contrat. Celui-ci recense toutes les informations obligatoires, dont le montant des acomptes ou arrhes, le montant du dépôt de garantie, le coût de la location, les clauses de résiliation en cas d’annulation, les dépenses de carburant et les frais de nettoyage. La réalisation d’un état des lieux du véhicule et des équipements est également obligatoire pour louer un bateau chez un particulier. Le propriétaire est tenu de préciser l’ampleur des risques couverts par le contrat d’assurance au locataire. Il doit assurer que le contrat permet bien de louer le bateau. Ce dernier doit comprendre certains matériels obligatoires. L’individu ou l’organisme qui assure l’entretien du véhicule doit remplir une vérification spéciale annuelle. Le document aide le propriétaire à contrôler le suivi et l’entretien régulier du dispositif de sécurité.

Des conseils pratiques pour cette activité en mer

Lors d’une activité de plaisance, adaptez le matériel de sécurité embarqué à la navigation. L’équipement préconisé par la règlementation représente généralement un minimum requis. Dans toutes les circonstances, munissez-vous systématiquement d’une VHF ASN, d’une VHF, d’un couteau et d’un minimum d’outils adaptés au bateau (paire de gants, montre, boîte de pièces de rechange, filtre, batteries supplémentaires, ampoules électriques, etc.).

Toutes les personnes à bord du bateau doivent connaître le lieu de stockage des équipements et comprendre le fonctionnement de sécurité. Les gilets et brassières de sauvetage ne seront obligatoires que s’ils sont portés. Légers, ils sont à la fois faciles à stocker et à porter. Les premiers s’avèrent essentiels pour la sécurité en mer. Leur port est recommandé dès que vous êtes à bord, notamment dans les annexes. Associez le matériel à une sous-cutale. Vous trouverez des gammes adaptées au sport nautique sur le marché. Il suffit de respecter les règlementations en vigueur. Prévoyez un entretien périodique des outillages et du véhicule. Évitez d’exposer les équipements au soleil et aux intempéries. N’hésitez pas à recueillir des conseils supplémentaires auprès d’un professionnel ou d’un connaisseur.