Ces dernières années, alors que certains s’attendaient à un ralentissement du marché immobilier, on constate au contraire le fort intérêt des investisseurs français pour la location immobilière. Ceux qui souhaitent louer de façon saisonnière craignent d’être classés en tant que professionnels et d’en subir les conséquences du point de vue administratif et fiscal. La location meublée non professionnelle ou LMNP est la solution pour écarter ce risque.

Bail en meublé non professionnel : principes

L’investissement lmnp permet de déduire les dépenses liées à la location meublée, qu’il s’agisse d’entretien et de réparation d’une part, ou de frais de gestion, d’intérêts sur l’hypothèque ou de taxes d’autre part. Avec le statut lmnp, vous pouvez déduire de vos revenus locatifs l’amortissement de votre bien sur 30 ans, même si vous êtes expatrié.

En d’autres termes, sur cette période spécifique, vous avez le droit de déduire un certain montant de vos revenus pour compenser la détérioration normale du bien au fil du temps. Cette disposition est également un moyen de réduire les revenus locatifs que vous déclarez, ce qui signifie que vous payez moins d’impôt sur ces revenus.

Un autre avantage du LMNP est que vous ne risquez plus d’être en situation de déficit. Vous pouvez, en effet, appliquer un abattement forfaitaire de 50% sur les revenus perçus, sans dépasser le plafond des 33 100 €. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.investissement-lmnp.fr.

Location meublée non professionnelle et fiscalité

De nombreux dispositifs permettent de stimuler l’achat immobilier et de dynamiser le marché immobilier en France. De ce fait, il est difficile de passer à travers la multitude d’avantages disponibles afin de maximiser les investissements immobiliers. Si vous avez une Société Civile Immobilière, investir dans un bien meublé n’est pas la meilleure solution. Le risque est, en effet, que vos revenus locatifs puissent être considérés comme des bénéfices d’une activité commerciale. En tant que tel, vous seriez assujetti à l’impôt sur les sociétés.

Depuis 1947, le régime lmnp permet d’investir dans un bien meublé, tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. En effet, la fiscalité appliquée à celui-ci diffère de celle de la loi Censo-Bouvard. Alors que cette dernière permet une défiscalisation sur le coût du bien, le système LMNP propose des amortissements à la fois sur le bien et le mobilier. De plus, les revenus locatifs sont considérés comme des bénéfices commerciaux (BIC), et non des revenus immobiliers.

Ainsi, particulièrement stable et régi par le Code civil, ce statut permet non seulement de soustraire les intérêts d’emprunt des impôts, mais aussi l’amortissement des meubles pour une durée maximale de sept ans. Ainsi, un tel investissement immobilier est particulièrement intéressant pour tout acquéreur souhaitant se constituer un revenu durable.

Déclarer ses revenus locatifs en meublé non-professionnel

Les revenus dans le cadre d’un investissement locatif meublé entrent dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Pour les déclarer, vous avez le choix entre deux régimes fiscaux : le «régime Micro-BIC» et le «régime réel». Dans le premier cas, le principal avantage réside dans sa simplicité et sa rapidité. Dans votre déclaration complémentaire d’impôt, il vous suffit de saisir le montant du revenu annuel brut perçu au cours de l’année dans la case prévue à cet effet. Quant au «régime réel», l’idée est de déduire de vos revenus toutes vos dépenses et charges ainsi que l’amortissement du bien, du matériel et du gros œuvre. Cette option est donc plus complexe sur le plan administratif, car il faut tenir des registres financiers afin d’établir un dossier fiscal.

Si vous avez acheté un bien immobilier pour vous lancer sur le marché de la location meublée, il serait plus avantageux de déclarer vos revenus locatifs sous le régime réel. En revanche, s’il s’agit d’un bien dont vous avez hérité, ou que vous détenez depuis longtemps, il se peut que le «régime micro-BIC» soit plus avantageux. Il faut noter que vous pouvez changer de régime fiscal quand vous le souhaitez. Sachez aussi que le plan choisi est d’une durée d’un an et est tacitement renouvelable.