SFAM Société Française d’Assurance est une jeune société créée en 1999 et devenue assez vite l’un des leaders français de l’assurance. Elle propose de nombreuses assurances privées et est aujourd’hui très présente dans le domaine de l’assurance affinitaire. En plus de son activité principale, la Société Française d’Assurance SFAM s’engage aussi auprès de l’ONG pour soutenir la solidarité internationale. C’est le cas avec Action contre la Faim.

Action contre la Faim : présentation 

Comme son nom l’indique, Action contre la Faim est une organisation non gouvernementale internationale qui lutte contre la faim dans le monde entier. Fondée en 1979, elle prévient, détecte et tente de solutionner la sous-nutrition, notamment dans le cas des catastrophes naturelles. Elle commence ses actions en assistant les réfugiés afghans au Pakistan. Depuis, Action contre la Faim a étendu ses interventions dans plus de 50 pays comme l’Irak, le Kosovo, l’Ethiopie, le Rwanda Madagascar ou la Bosnie. Dans ses actions, ACF vise à rétablir l’autonomie de ses bénéficiaires après l’assistance humanitaire.

L’ONG  Action Contre la Faim obéit à une charte de principes fondée sur six valeurs. Indépendante et neutre, ACF se préserve de toute affiliation politique et conserve sa liberté financière et morale. Le professionnalisme et la transparence encouragent la confiance des parties prenantes. La non-discrimination et l’accès libre et direct aux victimes permettent à ACF de s’assurer que ses actions impactent directement ceux qui ont besoin de leur assistance.

Action contre la Faim et SFAM : l’exemple de Madagascar 

Pendant 3 ans, la société SFAM, partenaire d’Action contre la faim, versera 300 000 euros afin de permettre à la population de Madagascar de bénéficier d’une meilleure nutrition et sortir partiellement de la précarité.

Il s’agit d’un don qui s’étale sur trois années qui permettra entre autres de lutter contre la malnutrition et contre certaines maladies. Une partie de ce don effectué par l’entreprise SFAM est destinée au Programme d’Accompagnement Social et d’Appui Nutritionnel en milieu urbain dans le cadre du projet CASAN.

Dans un bidonville d’Antananarivo (capitale de Madagascar) qui abrite plus de 86000 personnes, ce programme permettra de lutter contre la malnutrition et de suivre les enfants qui sont déjà touchés par ce mal.

Il s’agira dans un premier temps de procéder au dépistage puis d’offrir un traitement adéquat. Aussi, l’association œuvre dans le social en encourageant de différentes manières la création d’activités qui génèrent des revenus. Par ailleurs, un des principaux problèmes liés aux habitants les moins favorisés est lié à leur état psychologique. Il s’agit donc deuxièmement d’apporter un soutien moral aux habitants de ce bidonville afin de leur permettre d’avoir confiance en eux-mêmes et continuer à se battre pour améliorer leur situation.

Action contre la Faim : les valeurs de l’ONG   

Action contre la Faim est une organisation non-gouvernementale internationale qui lutte contre la faim dans le monde. Sa mission est de sauver des vies en éradiquant la faim par la prévention, la détection et le traitement de la sous-nutrition. Notamment pendant et après les situations d’urgence liées aux guerres et aux catastrophes naturelles. Aujourd’hui, Action contre la Faim un acteur majeur de la lutte contre la faim dans le monde. Structurée en réseau international, l’organisation mène une réponse coordonnée dans près de 50 pays. Sa priorité est d’agir concrètement sur le terrain et témoigner sur le sort des populations.

Solidarité : les autres défis à relever pour la SFAM  

Pour combattre la faim dans le monde, les deux entités de la SFAM, entreprise et association ont mis en place une stratégie bien pensée ayant pour objectif de s’attaquer aux causes en profondeur plutôt que de traiter les conséquences.  Une intervention multi-sectorielle dans la capitale de Madagascar jusqu’aux alentours est d’ailleurs en cours dans les domaines suivants :

  • Les connaissances en nutrition
  • La santé
  • Le soutien psycho-social des enfants

C’est une réalité paradoxale mais bien réelle, pour mettre un terme aux problèmes de la faim dans le monde, il ne suffit pas uniquement de d’alimenter les enfants. Il faut aussi leur apprendre, ainsi qu’à leurs parents, les valeurs nutritives des aliments et les besoins du corps humain pour fonctionner correctement. Les populations touchées ne peuvent alors sortir de cette impasse que s’ils bénéficient d’une bonne éducation nutritionnelle.