La nouvelle technologie a apporté de grands changements dans plusieurs secteurs. Cette révolution concerne notamment la vente en ligne. Un grand nombre ont en effet décidé d’opter pour le e-commerce. Ce système de vente sur internet a modifié les habitudes de consommation. Mais il n’a pas atteint le secteur de la santé qui est encore loin derrière les autres.

Le gouvernement tente de dissuader les pharmaciens à se lancer sur internet. Cela est clairement indiqué dans la loi HSPT de 2010. Elle notifie l’amélioration de l’assise juridique, les conditions de mise en place ainsi que l’organisation du développement de la télémédecine. La vente en ligne des médicaments non remboursés a également été autorisée afin d’encourager les professionnels du secteur à se lancer sur la toile.

Les pharmaciens ne peuvent plus faire un pas en arrière face à cette pression. Cette évolution représente pourtant un enjeu majeur pour les acteurs et garants de la santé publique. Ils doivent faire preuve de vigilance afin d’éviter l’automédication ainsi que l’achat de certains médicaments sur internet. Ils sont d’ailleurs les responsables de la délivrance des médicaments.

Les pharmaciens ne sont pas très enclins à cette nouvelle technologie. Ils sont confrontés au doute de l’effondrement du monopole pharmaceutique. Cette évolution est au contraire une belle opportunité pour promouvoir la profession. Il pourra ainsi affirmer sa nécessité pour la santé publique. Cela par la mise en place de site internet proposant des conseils médicaux provenant d’un professionnel.

L’ouverture du secteur de la santé sur internet est très importante pour les patients. Ils peuvent ainsi s’informer et comprendre leur état de santé. Il est donc primordial de bien encadrer les sites pour fournir des services annexes aux patients. Les interactions entre le patient et le médecin peuvent dans ce cas remplacer les consultations. Cela pour améliorer l’image de la profession.