En optant pour la cigarette électronique, vous pouvez économiser une somme assez conséquente dans l’année, notamment si vous fumez plus de 10 cigarettes par jour. Pour réduire davantage la facture, n’hésitez pas à vous mettre au DIY. En fabriquant vous-même votre e-liquide, les dépenses seront divisées par cinq. Il suffit d’acquérir les équipements nécessaires et suivre le guide en ligne.

Quelle base d’e-liquide choisir ?

Le plus grand avantage de fabriquer soi-même son liquide pour cigarette électronique, c’est la possibilité de personnaliser la dose en fonction de ses besoins. D’ailleurs, le DIY est à la portée de tous et ne requiert aucune compétence particulière. Pour trouver tous les matériels nécessaires, rendez-vous sur un site spécialisé dans la vente d’accessoires de cigarettes électroniques, comme sur www.e-fumeur.fr.

Avant de fabriquer son e-liquide, il faudra choisir une base adaptée. Elle est composée de glycérine végétale et de propylène glycol. Avec un taux de VG plus élevé, la vapeur sera plus dense. La base 100 % VG est d’ailleurs très appréciée par les vapoteurs qui souhaitent créer de gros nuages. Néanmoins, le liquide est visqueux, donc nécessite l’utilisation d’un matériel spécifique.

En revanche, plus le liquide contiendra du PG, plus le hit sera puissant. Il s’agit d’ailleurs un exhausteur de goût, permettant de mieux restituer les arômes. Le ratio 50/50 offre un bon compromis si vous souhaitez vous lancer dans la vape. Cette base peut s’adapter avec n’importe quel type de résistance. Mais pour un hit modéré et une fumée plus dense, misez plutôt sur une base 30PG/70VG ou 20PG/80VG. Concernant le volume, les bases sont vendues dans un flacon de 125 ml, 500 ml ou de 1 litre. En achetant une grande quantité, vous pourrez profiter d’une remise.

Arôme et booster de nicotine : comment bien choisir ?

La base ne contient pas de la nicotine, il faudrait donc acheter des concentrés de nicotine communément appelés « boosters ». Cet ingrédient est obligatoire si vous êtes habitué à la nicotine afin d’éviter les effets du sous-dosage ou du surdosage et réussir le sevrage tabagique. Le ratio va dépendre de votre profil de fumeur. Pour un gros fumeur (une personne qui fume plus d’un paquet par jour), il faudra un dosage de nicotine élevé, entre 16 à 20 mg. Par contre, si vous êtes un fumeur modéré, privilégiez un booster allant de 9 à 12 mg. Vous êtes un petit fumeur ? Optez pour un taux entre 3 à 6 mg.

L’arôme concentré sert à donner du goût à la vape. Il représente entre 10 à 15 % du contenu du flacon. Par exemple, si vous avez préparé une base neutre de 100 ml, alors, il faudrait verser entre 10 à 15 ml de parfum. Sur la fiche produit, vous pourrez aussi retrouver des recommandations du fabricant.

Sur le commerce, vous aurez accès à plusieurs centaines de saveurs, classées en 5 catégories : saveurs fruitées, gourmandes, boissons, mentholées ou classiques. Choisissez en fonction de vos envies. Pour personnaliser votre e-liquide, n’hésitez pas à mélanger plusieurs arômes.

Quelques recommandations utiles

Il est possible d’ajouter des additifs dans le mélange pour apporter une touche particulière à son e-liquide (un goût acidulé, pimenté, etc.). Ils constituent 1 % du flacon. Vous avez d’ailleurs plusieurs options : une vanilline, un furanéol, un sweetener…

La nicotine est un produit dangereux, donc portez des gants et des lunettes lors de la réalisation d’un DIY e-liquide. Il est aussi conseillé d’éviter le contact avec la peau. Mais dans tous les cas, tous les produits nécessaires à la préparation doivent également être stockés dans un endroit loin de la portée des enfants.

Le temps de maturation varie selon le type d’arôme utilisé. En effet, il faudrait respecter le step et mettre le flacon dans un endroit sec, à l’abri de la lumière et à température ambiante pour garantir la réussite d’un e-liquide. Si vous avez opté pour un arôme fruité ou mentholé, le délai d’attente sera de 48 à 72 heures. Quant aux arômes gourmands et classiques, il faudrait attendre 2 semaines avant d’utiliser la préparation. Enfin, n’oubliez pas de secouer de temps en temps le flacon jusqu’à maturation.