L’essor industriel a été à l’origine d’un changement radical dans l’agriculture. Cette révolution s’est traduite par l’introduction de nouveaux outils agricoles très performants. Ces derniers existent dans une grande quantité, et dans une variété assez conséquente. Des notions comme la productivité et le rendement ont eu une plus forte corrélation avec l’utilisation de matériels adaptés. L’adéquation de l’outil à la situation conditionne l’atteinte de ses objectifs. Ainsi donc, pour rendre plus aisé le choix, une connaissance approfondie de ces derniers s’impose.

Les principaux critères de choix

Comme dans toute autre activité, le choix de l’outil agricole dépend en premier lieu de l’utilisation que l’on souhaite en faire. Cette dernière est directement liée à la taille de la structure (paysan isolé, coopérative, ou autres). D’autres facteurs non moins importants interviennent tels que : le coût de la pièce agricole et la performance recherchée.

En milieu agricole, les principales tâches à effectuer se résument en : traction, travail du sol, implantation, fertilisation, irrigation et récolte. En fonction de la nature de la tâche, différentes machines adéquates sont proposées. Ainsi, si l’on souhaite par exemple faire de la traction, le choix devrait être porté vers des tracteurs agricoles. Il en existe plusieurs catégories à savoir : le tracteur conventionnel, le tracteur porte-outil, le tracteur à chenilles, le tracteur articulé, le tracteur étroit et le tracteur enjambeur. Voici ci-dessous une brève synthèse de leurs différents usages et particularités :

  • Le tracteur conventionnel : est souvent utilisé pour porter, tirer, pousser ou entraîner divers outils. Il présente la particularité d’être d’une grande polyvalence et d’exister sous plusieurs niveaux de puissance ;
  • Le tracteur porte-outil : est utilisé pour pousser, porter ou tirer des outils. Il présente la particularité de garantir une excellente visibilité, une bonne maniabilité et une polyvalence équivalente à celle d’un tracteur conventionnel de moyenne puissance ;
  • Le tracteur à chenilles : est très efficace pour travailler sur les terrains vallonnés. Sa particularité réside dans sa très bonne adhérence ;
  • Le tracteur articulé : est la plupart du temps utilisé pour tracter de lourdes charges. Il présente comme particularité d’être très utile pour le semis ;
  • Le tracteur étroit : est en adéquation avec les travaux en arboriculture, en viticulture et en fruiticulture. Sa très grande maniabilité constitue sa particularité ;
  • Le tracteur enjambeur : convient aux travaux de viticulture et de cultures arbustives. Sa forme de pulvérisateur enjambeur représente sa particularité.

À noter qu’aux différents types, correspondent des pièces de tracteurs spécifiques. Pour exemple, en ce qui concerne le tracteur conventionnel, il est constitué d’un moteur, de roues, de systèmes d’attelage, de prise de force, d’un poste de conduite et d’électronique embarquée.

Il convient de souligner que pour les taches de nature autre que la traction, divers arsenaux sont à votre disposition. Pour accéder à plus d’informations, cliquez ici.

Choix en fonction du coût et de la performance

Une fois que le choix du type est opéré, la suite logique est celle du constructeur et du modèle. Choisir tel un modèle n’est pas le fruit du hasard. En effet, il faut tenir compte du prix d’achat du matériel agricole et des conditions de travail. À tout ceci, s’ajoute la consommation de carburant ramenée à l’hectare, l’assurance, l’amortissement, l’entretien, la facilité d’acquisition de la pièce agricole et bien d’autres paramètres. En somme, ils s’intègrent tous dans une politique qualité/prix des machines sur le marché, et s’adaptent aux techniques innovantes utiles.

En matière de performance, plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Il s’agit entre autres de la puissance nécessaire pour exécuter la tâche, du temps imparti, de la vitesse de déplacement du matériel agricole. Un autre facteur pertinent est la capacité (ou volume) de travail de chaque machine.

L’analyse de ces critères permet d’avoir une idée du coût global de la mécanisation. Elle fournit le bagage nécessaire pour une prise de décision judicieuse lors de l’achat d’un matériel agricole.

Conseils lors de l’achat

À cette étape, il faut souligner que par exemple pour des exploitations de petite envergure, les opérations les plus prépondérantes sont le semis direct et la lutte contre les mauvaises herbes. À cet effet, les outils agricoles de puissance minime sont plus adaptés tels que les défonceuses et les pulvérisateurs de faible puissance. Quelle que soit la taille de la structure, l’activité la plus intéressante reste et demeure : la récolte. Ainsi la comparaison entre machines doit être également fonction de leurs différentes largeurs de coupe en lien avec la puissance.