Vous estimez que vous payez trop d’impôt ? Il existe plusieurs moyens qui permettent de réduire l’impôt sur le revenu ou la base imposable. L’investissement dans des produits financiers par exemple peut vous faire bénéficier d’une réduction d’impôt ou d’une exonération d’impôt plus ou moins importante. Quels sont les meilleurs produits ?

L’assurance vie : des plus-values non imposables !

L’assurance vie est un contrat d’épargne. C’est un bon moyen pour faire fructifier son argent et préparer sa retraite. Les versements ouvrent droit à des intérêts qui sont par la suite capitalisés et l’échéance du contrat est connue à l’avance. En cas de décès du souscripteur, le capital sera versé aux bénéficiaires indiqués dans le contrat. Le plus grand avantage de ce type de placement est que les gains ne sont pas imposables, tant que vous n’effectuez aucun retrait, même si vous effectuez des arbitrages (c’est-à-dire si vous passez d’un support à un autre). De plus, au-delà de 8 ans, vous profitez d’un abattement fiscal. L’imposition est donc nulle, à part les prélèvements sociaux. Par contre, si vous faites un rachat partiel ou total, les gains deviennent imposables. Si le contrat est de moins de 8 ans, le prélèvement libératoire est de 35 % avant 4 ans et de 15 % après 4 ans. Après 8 ans, le contrat est soumis au barème de l’impôt sur le revenu ou à un prélèvement libératoire de 7,5 % (sur option). En outre, les capitaux transmis aux bénéficiaires en cas de décès du souscripteur sont exonérés de droits de transmission, pouvant aller jusqu’à 152 500 euros par bénéficiaire. Vous recherchez un produit rémunérateur ? Vous pouvez par exemple vous tourner vers l’assurance vie de Hedios Patrimoine proposée par julien vautel

Quelle assurance vie choisir ?

L’assurance vie vous garantit le versement d’un capital ou d’une rente au terme du contrat ou en cas de décès. Tout d’abord, il est conseillé de choisir un contrat libre. Ainsi, vous pourrez verser et retirer de l’argent à tout moment, sans aucune contrainte. Ensuite, comparez les frais, car il peut y avoir une différence plus ou moins importante : les frais de versement, les frais de gestion et les frais d’arbitrage.

Par ailleurs, vous avez le choix entre :

  • Les fonds en euros : le risque de perte en capital est nul. Vous percevez aussi des intérêts qui seront capitalisés. Le plus grand inconvénient, c’est la rentabilité qui est souvent minime
  • Les unités de compte : il peut s’agir de titres, de valeurs immobilières, d’actions, d’obligations, etc. Le risque varie selon le produit financier choisi, mais la performance est meilleure par rapport aux fonds en euros

Vous pouvez aussi associer les deux, c’est-à-dire investir en fonds en euros et en UC. On parle alors de multisupport. Assurez-vous cependant que la compagnie d’assurance propose suffisamment de contrats multisupports afin diversifier vos investissements. Aussi, confrontez la rentabilité des produits. Essayez de trouver un bon équilibre entre risque et rentabilité des produits financiers. Enfin, choisissez le mode de gestion le plus adapté : gestion libre (vous le faites vous-même) ou gestion sous mandat (vous déléguez la gestion à un professionnel).

Les produits structurés : avec des rentabilités optimisées !

Les produits structurés combinent plusieurs produits qui sont adaptés aux besoins des investisseurs. La valeur repose sur une variable de référence appelée « sous-jacent » : un panier de valeur, un actif, un indicateur de marché, etc. La variation peut majorer ou minorer le produit financier. Il est possible de les intégrer à un contrat d’assurance-vie. Ainsi, ils peuvent profiter d’une fiscalité avantageuse. Dans ce cas, les gains ne seront pas imposables.

Le rendement des produits structurés est plutôt intéressant et le capital sera garanti jusqu’à un certain seuil par rapport à sa valeur d’origine. De plus, les conditions sont prédéfinies dès la signature du contrat : échéance, niveau de protection du capital, etc. L’avantage ? La formule de remboursement est transparente et les gains sont meilleurs, mais il existe un risque de perte du capital en contrepartie. Pour trouver la formule qui vous convient le mieux, déterminez votre profil en amont. De même, veillez à choisir un contrat qui offre la possibilité de diluer les investissements sur différents fonds (afin de répartir le risque), d’investir de manière périodique et de réinvestir les sommes libérées. Les Gammes H de julien vautel par exemple peuvent s’adapter à tous les profils.

La fiscalité des autres produits financiers

Le Livret A est un produit d’épargne dont les intérêts sont totalement exonérés. Si vous atteignez le plafond de versement de 22 950 euros, vous pouvez ouvrir un Livret A via un LDD. Ce produit est également non imposable avec un plafond de 12 000 euros.

Le Plan d’épargne en actions ou PEA fonctionne avec le même principe que l’assurance vie. Vous ne payez aucun impôt sur les plus-values et les dividendes. Néanmoins, vous n’avez le droit d’investir que dans des actions de sociétés françaises ou européennes à hauteur de 150 000 euros par personne. Pour profiter de l’avantage fiscal, il faudrait garder le contrat au moins 5 ans. Et pour clore, l’investissement dans des PME offre des avantages fiscaux plus ou moins importants à l’entrée. Bien sûr, les plus-values dépendent des bénéfices réalisées dans l’année.