Les entreprises les plus performantes possèdent toujours un bon niveau de trésorerie. Il existe de nombreuses solutions de placements, notamment des supports financiers et des supports immobiliers. Le choix doit être conditionné par les critères d’investissement et par la situation de l’entreprise, car divers placements peuvent être plus pertinents que d’autres.

Les comptes à terme, dépôts à terme ou comptes sur livret

Il s’agit d’une solution de placement de trésorerie à court terme qui permet à l’entreprise de toujours avoir à sa disponibilité la liquidité des fonds. Les retraits peuvent d’ailleurs se faire sous des échéances proches. Ces solutions monétaires peuvent être souscrites à la banque. Il faut savoir que la rémunération dépend considérablement de la politique de l’établissement bancaire, mais aussi de la durée d’immobilisation souhaitée par l’entreprise. Cependant, les rendements pour ce placement d’argents sont assez bas. Ils ne dépassent pas de 1 %. Ils peuvent même varier entre 0,1 et 0,5 %.

Si le retrait se fait à la fin du terme prévu, les intérêts peuvent encore s’amoindrir, voire être nuls dans divers réseaux bancaires, car la condition de durée n’est pas respectée. Par ailleurs, puisque ce type d’investissement propose des rendements inférieurs à l’inflation, l’entreprise ne doit pas limiter son placement d’argents à cette solution à court terme. Si elle veut optimiser la trésorerie, elle peut faire appel à un courtier entre autres sur placement-tresorerie.fr.

Le contrat de capitalisation

Ce placement trésorerie entreprise est quasiment identique au contrat d’assurance vie pour les particuliers. Par contre, ces deux procédés diffèrent par la fiscalité appliquée aux plus-values. À part cela, le contrat de capitalisation est destiné spécialement aux entreprises et aux associations qui veulent placer leur trésorerie. En termes de montant investi et de durée de placement, il est soumis à une réglementation stricte. En effet, le montant d’investissement accepté est assez élevé. Une sortie anticipée avant 4 ans, c’est-à-dire hors du délai établi dans le contrat, est passible d’une pénalité. Celle-ci est de 2 à 4 % du montant de rachat. Quoi qu’il en soit, ce placement reste toujours avantageux.

Ce placement d’argent a par exemple pour atout de s’adapter au profil de l’investisseur. En revanche, sur certains contrats, l’entreprise ne peut investir que sur des fonds euro. Par ailleurs, la rémunération issue des fonds euro peut atteindre jusqu’à 4,05 % avec une garantie totale en capital. En ce qui concerne le volet en unité de compte, tout peut dépendre du profil de gestion établi avec le gestionnaire de patrimoine.

Les SPCI ou société civile de placement immobilier

Dotées d’une fiscalité particulière, les SPCI s’avèrent une alternative pour le placement de trésorerie de l’entreprise. Elles offrent des rendements supérieurs à ce que propose le dépôt à terme. Par contre, avant de se tourner vers ce type de produit, il faut vérifier si l’entreprise est autorisée à y investir. D’ailleurs, il existe deux manières de s’y intégrer, dont le choix dépend largement des besoins de l’entreprise. Le premier mode d’investissement est l’achat en pleine propriété qui s’adresse particulièrement aux investisseurs souhaitant revaloriser une part de leur trésorerie. Ici, le principe est d’investir sur des parts de SPCI. Ce placement d’argent constitue donc un actif pour la société. En contrepartie, le gestionnaire des SPCI verse des loyers trimestriels à l’entreprise, dont le montant est imposé à partir d’un barème particulier.

Le second moyen de placement est l’achat en nue-propriété. Dans cet investissement, l’entreprise ne perçoit que des revenus de ses parts de SPCI. Par contre, la nue-propriété est détenue par un autre investisseur. L’atout de ce placement de trésorerie, c’est qu’il permet à la firme de bénéficier d’une réduction de prix lors de l’achat des parts. Cet investissement permet aussi de percevoir une rémunération sur la valeur de la propriété.