Le choix d’une chaise de bureau doit se baser sur le fait qu’un bureau doit être aussi agréable que confortable, d’autant plus lorsque l’on y passe plusieurs heures quotidiennement pour travailler. On doit alors veiller à ce que la chaise puisse conjuguer confort et ergonomie. À cela s’ajoute le fait qu’elle doit s’accommoder aux activités réalisées par la personne qui va s’y asseoir, à sa morphologie, à ses habitudes, mais également à sa santé. Son choix peut certes relever d’un véritable casse-tête, mais en se basant sur certains critères, on peut facilement trouver chaussure à ses pieds.

Ce que l’on attend d’une chaise de bureau

À domicile comme au travail, la chaise revêt une importance cruciale. Elle fait partie des éléments autour desquels se crée le confort dont tout travailleur a besoin. On souhaite, en effet, qu’elle soit aussi esthétique que design, mais également ergonomique, en conjuguant différentes options de confort. Donc, dans un contexte où une position assise trop prolongée ou une posture inadéquate s’accompagnent de nombreuses conséquences médicales, le choix d’un siège de bureau ne doit en aucun cas se faire au hasard. Le meuble en question se doit d’encourager une posture sur-mesure et s’ajuster à la morphologie de son utilisateur, surtout lorsque ce dernier exerce un métier imposant des contraintes posturales. On l’a donc compris, le choix d’une chaise pro est loin d’être une partie de plaisir.

Choisir sa chaise de bureau en fonction de sa durée d’utilisation moyenne

La durée d’utilisation est le premier critère sur lequel doit se baser le choix de son futur siège de bureau. Logiquement, une journée de travail courte ne requiert pas une chaise aussi ergonomique et confortable qu’une journée intensive pendant laquelle le dos et les lombaires sont soumis à rude épreuve.

Ainsi, pour une utilisation ponctuelle (moins de 4 heures par jour), un fauteuil de bureau équipé d’un mécanisme standard suffira amplement. Ce meuble se distingue par son dossier fixe et son assise ajustable en hauteur. Dans le cadre d’une utilisation quotidienne (moins de 7 heures par jour), on aura besoin d’un meuble doté d’un mécanisme dit « contact permanent ». Le dossier suit l’utilisateur dans ses mouvements et reste en contact avec son dos. Et enfin, pour une utilisation intensive dont la durée excède 7 heures par jour, on doit veiller à ce que sa future chaise soit plus ergonomique. Il peut alors être opportun de miser sur un modèle disposant d’un mécanisme synchrone. Ce genre de chaise comporte une assise et un dossier pouvant s’incliner de sorte que son utilisateur puisse profiter d’un confort sur-mesure.

Assise, dossier, accoudoirs et piètement : il ne faut rien laisser au hasard

À présent que l’on a identifié le type de siège en adéquation avec la durée d’utilisation envisagée, il convient par la suite de dénicher le modèle dont chaque composant correspond le plus à ses besoins et à sa morphologie. Plusieurs critères sont donc à prendre en considération, parmi lesquels figure principalement l’assise. Le mieux est d’opter pour un modèle dont l’assise est légèrement inclinée, garantissant une meilleure circulation sanguine et des vertèbres maintenues. Quant au dossier, celui-ci doit être suffisamment enveloppant pour que l’utilisateur de la chaise soit bien à son aise.

En outre, il faut préférer les modèles disposant d’accoudoirs à ceux qui n’en disposent pas. À noter que les accoudoirs riment avec stabilité et soulagement corporel, car ces supports sont conçus de façon à permettre à un individu de reposer dessus ses avant-bras. Ces accoudoirs sont vivement conseillés pour les personnes travaillant avec précision sur un ordinateur. Selon les besoins de l’utilisateur, les accoudoirs peuvent être fixes (non-réglables), en 1D (hauteur réglable), en 2D (profondeur et hauteur réglables), en 3D (profondeur, hauteur et largeur réglables), ou encore en 4D (profondeur, hauteur, largeur et orientation réglables).

Hormis l’assise, le dossier et les accoudoirs, le piètement est à ne surtout pas négliger. Pour miser sur la stabilité, il apparaît plus judicieux de s’orienter vers un modèle comportant plusieurs pieds : tripode (3 pieds), quadripode (4 pieds), et ainsi de suite. Pour ce qui est du type de piètement, on a le choix entre le piètement à roulettes et le piétement en patin. Si le premier est plus adapté aux mouvements de l’utilisateur, le second est, quant à lui, destiné à un travail qui requiert plus de précision.

Privilégier les chaises de bureau réglables

Puisque l’on est tous différents, on ne peut en aucun cas s’adapter à un fauteuil de bureau. C’est à ce dernier de s’adapter à son utilisateur. Cela étant dit, il faut privilégier les modèles offrant différents réglages. On a donc le choix entre différents types de modèles réglables. D’abord, le modèle à mécanisme « basculant centré » se distingue par le fait qu’il peut se basculer à l’arrière de sorte que son utilisateur puisse profiter d’une position de détente. On peut également opter pour un modèle à mécanisme « basculant décalé » qui offre à l’utilisateur la possibilité d’ajuster le dossier indépendamment de l’assise. Quant au modèle à mécanisme « synchrone », celui-ci sort du lot en raison de son niveau de confort particulièrement conséquent. Concrètement, il permet un mouvement synchronisé du dossier et de l’assise et accompagne ainsi chaque mouvement du corps.